Et maintenant, faites vos jeux!

 

Plus que trois fois dormir et le Herock Spa Rally 2017 débutera. Seize étapes spéciales (quatre la première soirée, douze le lendemain) totalisant un peu plus de 200 km permettront d’établir une hiérarchie au sommet de laquelle devraient figurer les concurrents engagés en RC2. Petite revue – dans un ordre aléatoire – des prétendants à la victoire et aux places d’honneur.

PRINCEN-KASPERS (SKODA FABIA R5) : vainqueurs de la manche d’ouverture à Landen, les deux hommes ont d’emblée trouvé le mode d’emploi de leur nouvelle monture, alignée par le team BMA. Kris connaît bien le terrain où il a triomphé en… 2001 et fait figure de favori.

VERSCHUEREN-HOSTENS (SKODA FABIA R5) : passé souvent près de la victoire l’an passé, l’ancien champion en Historiques a signé plusieurs prestations très convaincantes, notamment au Condroz. Franchira-t-il le dernier échelon à Spa sur la belle Skoda rouge du team Go Drive ? Pourquoi pas…

ABBRING-TSJOEN (PEUGEOT 208T16 R5) : aux deux succès conquis en terre spadoise comme pilote, Pieter Tsjoen ajouterait volontiers un troisième dans le baquet de droite. C’est tout à fait jouable : la 208T16 R5 et Kevin Abbring seront plus à l’aise sur le parcours ardennais – technique et privilégiant le pilotage – que dans les spéciales hesbignonnes qui faisaient la part belle à la vitesse de pointe et aux reprises en sortie de virages lents.

CHERAIN-DELMELLE (CITROËN DS3 RRC) : il ne pouvait pas « ne pas en être »… Le Liégeois a remué ciel et terre pour disputer ce rallye qui lui tient à cœur et présente un profil naturel où ses qualités pourront s’exprimer pleinement. Si la mécanique suit, gare à Cherain !

DE CECCO-HUMBLET (PEUGEOT 208T16 R5) : sur un terrain qu’il apprécie et connaît bien, Cédric entame à Spa un programme de trois rallyes au volant d’une « Lionne » qui lui convient à merveille. Sans le crier sur tous les toits, il rêve d’un top 3… et ce rêve n’est pas utopique.

DEMAERSCHALK-EELBODE (CITROËN DS3 R5) : considéré comme l’un des jeunes Belges les plus doués, l’ancien sociétaire du RACB National Team a – comme le team J-Motorsport – une revanche à prendre à Spa. Dès qu’il aura repris ses marques sur la R5, il jouera aux avant-postes et peut décrocher une médaille.

DILLEY-PRÉVOT (SKODA FABIA R5) : on l’attendait sur Hyundai mais c’est finalement sur une Fabia – assistée par BMA – que le vice-champion de Belgique 2015 a jeté son dévolu. Performant durant sa campagne en R5 l’an dernier, il devra d’abord retrouver le rythme et assimiler le comportement de sa voiture. Ses chronos devraient aller en s’améliorant au fil des kilomètres.

ALLART-FERNANDEZ (SKODA FABIA R5) : s’il parvient à oublier les mécomptes survenus à Spa en 2016 et au Haspengouw il y a quelques semaines, le Marchois peut viser une place dans le top 5, voire mieux encore. Attention toutefois aux excès de fougue.

DEBACKERE-BOSTOEN (SKODA FABIA R5) : plus à l’aise sur les spéciales flandriennes, la demoiselle de Wervik est cependant de taille à tirer son épingle du jeu à Spa où son expérience constitue un atout précieux. Et pour le championnat, elle veut y marquer de gros points.

FERNEMONT-MAILLEN (FORD FIESTA R5) : chaque fois qu’il quitte la R2 pour s’aligner sur une R5, ce spécialiste de la Fiesta fait apprécier ses facultés d’adaptation et sa pointe de vitesse. Les qualités routières de sa monture – la version ’’Evo’’ de Bernd Casier – trouveront à s’exprimer sur les routes spadoises et une bonne surprise n’est pas à exclure.

FUMAL-LOUETTE (CITROËN DS3 R5) : l’informaticien le plus rapide du pays sort de sa semi-retraite pour se faire plaisir au volant de sa propre voiture. Plus encore que ses rivaux, il devra « replonger » dans le bain, lui qui ne s’est plus aligné en rallye depuis de longs mois.

MAEYAERT-SNAET (FORD FIESTA R5) : comme d’autres avant lui (Vincent Verschueren, notamment), cet expert ès historiques – sur Escort RS – saute le pas et découvre une 4X4 moderne. Il pourra compter sur l’expérience de son équipier pour trouver progressivement le tempo sans chercher à brûler les étapes.

LIM-WYDAEGHE (HYUNDAI I20 R5) : après une campagne en R2, le duo coréano-belge poursuit son apprentissage à bord d’une 4X4 dernier cri. L’objectif est d’accumuler les kilomètres sur un terrain très « formateur » et de se situer face aux cadors belges. Une indication : les deux hommes se sont classés 8èmes pour leur première sortie en championnat d’Allemagne.

ALBERT-MERGNY (SKODA FABIA WRC) : seuls engagés sur une WRC, ces régionaux espèrent en exploiter la puissance pour jouer les loups dans la bergerie R5. Ils se sont bien préparés en gagnant le rallysprint de la L’Homme, une épreuve ASAF.

KENIS-VANOVERSCHELDE (MINI JCW) : le dealer BMW apporte une touche sympathique d’originalité au plateau en alignant cette Mini répondant aux normes RRC. 5ème au Haspengouw avec deux chronos dans le top 5, il serait ravi de signer un résultat identique à Spa.

LA SURPRISE… : tous les équipages cités jusqu’ici disposeront de modèles 4X4. Mais ils ne seront pas seuls à briguer les places d’honneur, surtout si la météo reste printanière ; sur le sec, les concurrents engagés en GT auront en effet un ’’coup’’ à jouer. Quatre Porsche 997 GT3 prendront le départ puisque Marc Duez-André Leyh ont rejoint en dernière minute Frédéric Bouvy-Jean-Louis Hottelet, Patrick Snijers-Luc Bouchat et Jochen Claerhout-Piero Vandeputte. Disposant de la voiture de Tim Van Parijs, le « Duze » et son compère ne manqueront pas d’assurer le show en spéciales… et l’ambiance lors des regroups !