Quinze spéciales et du grand spectacle !

 

Depuis la naissance de l’événement, l’organisateur DG Sport reste fidèle aux mêmes principes : trois épreuves en une – le Jobfixers BRC (championnat de Belgique), le HBRC (Historiques) et le VHRS (régularité) – sur un parcours identique, des spéciales techniques, variées et naturelles privilégiant les qualités de pilotage, et des conditions spéciales consenties aux habitués des épreuves ASAF.

NOUVEAUTÉS 2018 : les assistances seront installées au circuit de Spa-Francorchamps qui accueillera également les pôles d’organisation (contrôle technique, marquage des pneus, refuelling, zones technique et média, etc). Le podium restera cependant dressé place du Monument à Spa et verra défiler les concurrents à sept reprises sur l’ensemble du week-end. Par ailleurs, le parc de Sept Heures au centre de la cité thermale accueillera les voitures vendredi durant près de deux heures (16h33 à 18h15) après la spéciale de prologue puis pour la nuit de vendredi à samedi.  

SHAKE-DOWN : un premier rendez-vous sera fixé le jeudi 8 mars avec le shake-down basé sur le site habituel de la Vecqueterre à Spa. Programmé de 17h00 à 21h00, ce test grandeur nature permettra de suivre les concurrents en action dans plusieurs virages spectaculaires, notamment la célèbre cuvette et le pif-paf droit-gauche avant l’arrivée à Winamplanche.

ÉTAPE 1 : cinq spéciales figureront au menu du vendredi 9 mars. Baptisée Eau Rouge (10,94 km) et disputée vendredi à partir de 15h08, la première offrira un profil identique à celui de 2017 avec un départ sur la pitlane F1 du « plus beau circuit du monde ». Qu’ils optent pour la tribune découverte devant les stands Endurance ou le Pitbuilding, les spectateurs en auront pour leur argent !

Après un break à Spa, les concurrents s’affronteront dès 18h20 sur une boucle de deux spéciales à parcourir deux fois. La Reid-Theux (10,65 km) sera un peu modifiée par rapport à 2017 puisqu’après le lieu-dit Bois Renard, l’itinéraire ne remontera plus vers la route nationale mais obliquera à droite vers Becco. La descente en direction de Jevoumont puis la portion menant vers « Les Minières » rallieront tous les suffrages, de même que l’épingle des Quatre Chemins où sera installée la buvette des moines de Franchimont.

Place ensuite au ’’juge de paix’’ de cette première journée, Mont-Rivage (23,60 km) où alternent le vite, le ’’semi-technique’’ et le ’’technique’’… tout court. Les premiers kilomètres sont rapides jusqu’au village de Hockai (une buvette y sera installée) d’où le cap sera mis vers le plateau de Cronchamps proposant une section étroite, exigeante, sinueuse, en un mot… sélective. De là, retour sur la spéciale ’’historique’’ de Ster – avec le jump en montée – puis la route de contournement du circuit, avant le finish installé à l’entrée du village de Rivage.

Ces deux chronos seront disputés à deux reprises. Les 79,03 km de vitesse de cette première étape permettront de dessiner une hiérarchie provisoire avant la mise en parc fermé à Spa dès 00h10.

ÉTAPE 2 : samedi 10 mars, les hostilités reprendront à 08h25 pour une boucle de cinq spéciales parcourue deux fois. Tracés dans l’enceinte du circuit de Spa-Francorchamps, les deux premiers tronçons chronométrés seront cependant 100% rallye car ils exploiteront les routes intérieures dont le profil et les caractéristiques ne conviennent pas vraiment aux F1 ou aux protos… Débutant au pied du Pitbuilding, Blanchimont (13,55 km) rejoindra – via le tunnel Swaters – l’autre côté de la piste et dévalera en direction du circuit de karting ; là, après une épingle à gauche, la portion baptisée Dakar attendra les concurrents qui retrouveront le paddock par la grille du bas. Ce tour sera effectué à trois reprises.

Dans la foulée, les participants prendront le départ de Combes (15,42 km) au karting pour remonter le circuit en sens inverse (une chicane sera installée après le double… droite) jusqu’aux Combes. Le passage par la grille leur permettra de retrouver la route de service pour débouler vers le Raidillon en passant devant le chalet de l’EBRT ; sur le papier, cette descente peut sembler facile et se négocier « pied dedans » mais en pratique, elle s’annonce bien plus compliquée… Après l’épingle de l’ancienne douane, un petit bout de circuit emmènera jusqu’à la grille de Kemmel pour une nouvelle descente conclue par une épingle gauche très musclée « ouvrant » vers le Double Gauche, puis retour vers le karting au tour 1 ou cap sur l’arrivée aux Combes en obliquant à gauche au tour 2.

Après un passage à l’assistance, les équipages se dirigeront vers Fays Show (8,90 km), une spéciale rapide rendue délicate par plusieurs sommets et virages masqués. Une buvette fonctionnera près du départ (d’où la vue est parfaite sur une bonne partie du parcours) et on peut attendre aussi du grand spectacle dans la descente finale vers Le Rocheux.

Bien entendu, La Clémentine (14,51 km) figure au programme dans une version inchangée par rapport à 2016 et 2017 sauf à hauteur de Spaloumont où les concurrents prendront directement le chemin à droite.

Enfin, l’ultime spéciale de la boucle sera la plus courte mais également la plus excitante de ce Spa Rally 2018. Figurant pour la première fois au programme, Le Maquisard (8,07 km) débutera au-dessus de Winamplanche par la montée vers l’école provinciale d’horticulture. Arrivés au sommet, les concurrents attaqueront la course de côte… en descente ! Grand spectacle garanti, autant dans les longs virages au milieu des près que dans les derniers hectomètres dit de la « Petite Suisse » (accès par un chemin depuis l’avenue du Marteau). De là, ils partiront à droite vers Winamplanche pour filer vers la Vecqueterre – et sa cuvette – puis l’arrivée, également très délicate.

Au terme des 120,70 km contre le chrono de cette seconde étape (soit un total de 199,73 km pour les quinze spéciales), un dernier passage au podium (18h04) permettra de fêter les vainqueurs du Herock Spa Rally 2018.