20 secondes d'avance pour Princen-Eelbode (Skoda) avant la seconde boucle

La seconde journée du Herock Spa Rally a débuté sous un pâle soleil et dans des conditions météos plus favorables que la veille. Pour autant, le choix des pneus n’avait rien d’évident, surtout avant la succession de trois spéciales Fays-Clémentine-Maquisard. Seul parmi les ténors à avoir monté des enveloppes ’’pluie’’ pour ce triptyque qui succédait aux deux chronos disputés dans l’enceinte du circuit de Spa-Francorchamps, Kris Princen a perdu une poignée de secondes sur les portions asphaltées… mais a frappé très fort dans les ultimes kilomètres – sur terre – de la Clémentine. Résultat : le leader a repris ses distances par rapport au groupe des poursuivants, relégué à plus de 20 secondes. Des poursuivants toujours emmenés par Ghislain de Mévius et Adrian Fernemont, qui précèdent désormais Mickaël Albert et Patrick Snijers ; ceux-ci ont profité des sorties de Cédric Cherain (Fays) et Guillaume de Mévius (Clémentine) pour se hisser dans le top 5, l’ex-champion de Belgique se retrouvant par ailleurs seul en lice pour la victoire en GT après le retrait de Frédéric Bouvy (touchette).  

Au terme de cette première boucle, Kris Princen (Skoda) devance donc Ghislain de Mévius (Skoda +20’’6), Adrian Fernémont (Skoda +26’’3), Mickaël Albert (Ford +1’54’’4) et Patrick Snijers (Porsche + 6’42’’4). Pieter-Jan Michiel Cracco (Ford +6’47’’6) vient ensuite, précédant Grégoire Munster (Opel +9’18’’5) impérial chez les Juniors, Yann Munhowen (Mitsubishi +9’24’’4), Florian Jupsin (Renault +9’41’’4) et Jean Dilley (Ford +10’29’’8).  On trouve ensuite Arnaud Dedouaire (Ford +11’02’’0) et Christophe Daco (Ford +12’02’’2), net leader en Historiques.

Cinq spéciales doivent encore être disputées avant que soient connus les lauréats de ce Herock Spa Rally 2018, décidément riche en rebondissements.

Classement officieux après la boucle 1 de samedi : 1. Princen-Eelbode (Skoda) 1h10’24’’1 ; 2. De Mévius-Leyh (Skoda) +20’’6 ; 3. Fernémont-Maillen (Skoda) +26’’3 ; 4. Albert-Mergny (Ford) +1’54’’4 ; 5. Snijers-Thierie (Porsche) 1ers en GT, +6’42’’4 ; 6. Cracco-Vermeulen (Ford) +6’47’’6 ; 7. Munster-Podgorny (Opel) +9’18’’5) 1ers en Juniors, +9’18’’5 ; 8. Munhowen-Lanners (Mitsubishi +9’24’’4) ; 9. Jupsin-Mawet (Renault) +9’41’’4 ; 10. Dilley-Leclercq (Ford) +10’29’’8) ; etc.

EN BREF

Rally 2 : plusieurs concurrents malchanceux vendredi lors de la première journée ont profité du Rally 2 pour reprendre la route samedi matin. Tel est notamment le cas de Bedoret-Walbrecq (Peugeot 208T16 R5), De Cecco-Humblet (Fiat 124 Abarth), Hubin-Sibille (Citroën DS3 R3), Boulanger-Dumont (Mitsubishi Evo9) et Ceuppens-Werner (BMW 130i). D’autres n’ont pu utiliser ce point du règlement, leur monture ne pouvant être réparée dans les délais ; on songe à Debackere-Dekeyser (Skoda Fabia R5), Cartelle-Jacob (Porsche 997), De Borman-Etienne (Ford Escort RS), Bourgeois-Kairis (Citroën DS3 R3), Kenis-Verschueren (BMW M3) ou encore Leyon-Elst (Ford Escort RS).

VHRS : au terme de la première étape, amputée de deux RT (clous sur la route à Mont-Rivage 1 et sortie de route d’un concurrent BRC à La Reid-Theux), l’équipage Lambert-Lambert (BMW 2002Ti) menait la danse en VHRS avec 103,2 points devant Baugnée-Noelanders (Ford Escort RS Mk1– 120,3), Delhez-Chapa (Ford Escort RS Mk1 – 132,2), Monseur-Hanquet (BMW 325i – 251,7) et Ransy-Hastir (Mitsubishi Colt Turbo – 270,6).